On The Edge I

Voir les photos

¬ On The Edge I

La Turquie vit depuis juin 2013 un mouvement de contestation sans précédent. Le projet de réaménagement du parc Gezi, énième projet de transformation urbaine mené sans concertation avec les habitants a mis le feu aux poudres.

En réalité, c’est l’ensemble de la politique urbanistique et sociale de l’AKP et la folie des grandeurs de son chef de file, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui est en cause. Une frange grandissante de la population s’élève contre des projets démesurés et idéologiques aux lourdes conséquences sociales et environnementales. Des projets qui mettent en lumière les liens étroits entre grandes entreprises du BTP et l’ancien maire de la ville qui fait l’objet de graves accusations de corruption.

Tarlabasi est un quartier central et populaire. A quelques centaines de mètres de la place Taksim, épicentre de la contestation qui a éclaté en juin 2013. Habité par des populations marginalisées, le quartier est sous pression depuis de nombreuses années. La gentrification s’opère à marche forcée : les habitants démunis sont repoussés vers des banlieues éloignés, certaines maisons construites à l’origine par des grecs ou des arméniens ont déjà changé de mains pour des montants qui ne cessent de grimper. Un îlot entier a été détruit pour construire un centre commercial de luxe, opération mené par le groupe Calik dirigé par le gendre de Recep Tayyip Erdoğan.